La meilleure façon d’apprendre une langue étrangère est-elle d’épouser un ressortissant local ? J’ai testé pour vous : une telle mesure n’est malheureusement pas suffisante pour parler couramment : car si je vis depuis 20 ans dans le pays de mon mari (la France), cela reste difficile pour moi de mettre, dans la langue de Molière, un mot derrière l’autre. De surcroit, si les personnes bienveillantes insistent pour qualifier mon accent de « charmant », je suis bien aise de ne pas avoir à m’écouter moi-même

Je peux par contre vous donner un autre conseil quand on apprend une langue : éviter de perdre 12 années à réciter des phrases toutes faites comme « my tailor is rich » (l’équivalent en anglais est « la plume de ma tante ») – je crois que je n’ai jamais d’ailleurs prononcé cette phrase en dehors d’une salle de classe ; bien se focaliser sur la langue – je me souviens que, pour apprendre le mot ‘valise, toute une promotion de mon école avait passé une année scolaire à dessiner et faire des découpages de valises de formes diverses et variées … Car le résultat peut être décevant bien que, même si je passais plus de temps dans le couloir du fait de mon comportement agité en classe, je fusse prête à faire n’importe quoi pour apprendre.

Les experts me contrediront sûrement, mais la consonance du nom de famille de mes professeurs de français Mr Golding ou Mme Bradley n’est pas étrangère à ma misère (je n’aurai pas la cruauté de faire référence à leur âge – quand on est jeune, tout le monde semble vieux). Car encore aujourd’hui, je bute sur le genre de certains mots comme ‘beurre’ ou ‘fleur’, embarrassée que je suis par la règle que Mr G et Mme B m’ont inculquée, à savoir que les mots finissant par ‘e’ sont tous de genre féminin et symétriquement.

valise

 

Mais c’était autrefois, et les temps ont changé. La méthode, elle, – et les résultats qui vont avec – se sont-ils améliorés ? L’Education Nationale Britannique précise que « l’apprentissage d’une langue étrangère libère du caractère insulaire britannique et donne une ouverture sur d’autres cultures » : voilà une affirmation intelligente et visionnaire – même si, au Royaume-Uni, il n’est même plus obligatoire d’apprendre une langue étrangère après l’âge de 11ans (et de façon limité entre 7 et 11 ans). Les britanniques se satisfont parfaitement d’être compris en anglais à n’importe quel endroit du monde, et leur intérêt d’apprendre une autre langue s’amenuise de jour en jour.

Comment les langues étrangères sont-elles enseignées dans les classes françaises aujourd’hui ? Probablement mieux qu’au Royaume-Uni, sûrement moins bien qu’en Scandinavie. Cela m’a fait rire de réaliser seulement récemment que c’est à l’aide de Pingu que mes propres enfants ont été censés apprendre l’anglais en primaire. Si vous ne connaissez pas, allez voir sur YouTube https://www.youtube.com/watch?v=Fyk1394JF6k., 5 minutes vous suffiront … Celui qui pourra progresser en anglais à l’aide de Pingu n’est pas encore né. Mais si je peux en rire, c’est que mes enfants étaient déjà bilingues à l’époque, il en va autrement pour les familles françaises non bilingues qui connaissent l’importance de savoir communiquer couramment en anglais.

De nombreux parents français se rongent les ongles à l’idée que le niveau d’anglais de leurs enfants n’est pas suffisant, bien que j’aie toujours été surprise de la capacité des adolescents français à dialoguer en anglais avec moi. Peut-être n’est-ce qu’une question de confiance en soi ou, simplement, un manque de mise en pratique. « Le système français est construit sur le négatif. La réprimande ou l’abaissement y sont le principal moteur d’apprentissage. Ceci donne le sentiment aux élèves qu’ils sont mauvais en langues ; de nombreux français expriment ce ressenti », explique David Stenning, directeur du Interface Business Languages à Paris.

Schoolchildren bored in a classroom, during lesson.

 

Le père d’un adolescent de 15 ans m’a fait un jour le commentaire suivant. Il recherchait un endroit où envoyer son fils au début de l’été et je lui avais suggéré une Boarding School anglaise pendant le mois de juin. Il m’avait dit que ce serait une perte de temps pour son fils, d’avoir à participer à des cours aux côtés d’élèves anglais ; il craignait en effet que ce dernier ne parvienne pas à suivre, perde le fil et n’en profite pas, se référant à son propre exemple comme serveur dans un bar anglais où il n’avait su retenir au bout de 3 mois que quelques mots d’argot.

Voyager dans un pays étranger n’est pas suffisant pour apprendre la langue – quand bien même ce serait pour un séjour en école, en université ou même dans un cadre professionnel. N’importe qui peut passer des années à l’étranger et n’en rapporter que quelques mots permettant au plus d’acheter son pain à la boulangerie ou de commander une bière. Si cela s’avère utile, ce n’est pas suffisant ni satisfaisant. La clé de l’apprentissage est bien l’implication, la participation active, tirées par le désir d’apprendre. Il faut à tout prix éviter d’être un auditeur passif. Nous avons longuement discuté avec le père de cet enfant, et j’ai fini par le convaincre que les bonnes écoles britanniques favorisaient grandement la participation, du fait de classes à effectif réduit et de l’existence de groupes de niveau (son fils est finalement parti un mois en boarding school et ce fut, à ma connaissance, un grand succès).

Un enfant qui participe à une université d’été au Royaume-Uni doit-il prendre des cours d’anglais ? Ma réponse est oui, dès lors que les leçons sont complètes, amusantes et intéressantes ; probablement non si c’est pour répéter ce que l’enfant a déjà vécu en France : pas besoin de faire ses valises pour ça. L’idée est de participer à des activités qui intéressent l’enfant – tennis, équitation, aviron, voile, peinture, chant, peu importe – pour autant que cela entraine l’enfant à vouloir s’ouvrir et échanger en anglais avec les instructeurs et les autres élèves. Chacun sait qu’on apprend mieux dès lors qu’on est intéressé, motivé et heureux à ce que l’on fait ; on prend plaisir à l’effort et l’apprentissage devient une expérience positive.

15952997_s

 

On ne cherche pas ici à oublier l’importance de savoir écrire une langue étrangère couramment, et il existe de nombreuses possibilités d’enseignements avec un niveau académique plus élevé pour les élèves plus matures ou plus âgés. Si les séjours linguistiques bien connus existent encore, de nombreuses possibilités d’apprendre le Business, le Droit, l’Art de l’expression en public, l’Art de débattre, le Travailler ensemble, etc. sont autant d’autres matières offertes aux étudiants d’été qui veulent se perfectionner en anglais. On peut faire d’une pierre deux coups.

 

Donc, on y revient, quel est le meilleur moyen d’apprendre l’anglais ? Commencer jeune, parler avec des personnes dont c’est la langue maternelle, lire, regarder, écouter en anglais avec passion et enthousiasme : se jeter dans la langue sans inhibition, sans hésitation.

Si mes propres enfants sont bilingues, c’est parce que je leur ai toujours parlé en anglais, et mon mari en français, et de façon plus importante, ils nous ont toujours répondu dans nos langues respectives. Pourquoi les hollandais et les scandinaves parlent-ils aussi bien ? Ils sont immergés dans la langue depuis tous petits, notamment via la télévision : c’est juste devenu naturel pour eux.

a_nous_les_petites_anglaises

 

Mais ne vous découragez pas, car il n’est jamais trop tard pour commencer. Mon mari n’a pas appris l’anglais au lycée, il faisait allemand et russe. Au grand âge de 24 ans, il s’est offert un séjour à Hastings (à la mode du « A nous les petites anglaises« ) et lorsque je l’ai rencontré 2 ans après (pas à Hastings mais à Londres, je précise), nous conversions en anglais (en dépit de mon ‘A’ level de français). C’était difficile à croire qu’il n’avait que 2 ans d’anglais. Il connait encore, à ce jour, des longues poèmes allemands ou chansons russes, même s’il ne pratique plus ces langues. Est-ce parce qu’il une bonne oreille ou dois-je admettre qu’il est plus ‘intelligent’ que moi ? Ou tout simplement parce qu’il m’a épousée ?

Show Buttons
Hide Buttons