Country Life

Country Life

Dites-moi, Monsieur, pourquoi ne trouve-t-on personne, intellectuel qui se respecte et qui accepte de vivre ailleurs qu’à Londres ? En effet, Monsieur, quand un homme fatigue de Londres, c’est qu’il est fatigué de la vie ; car c’est bien à Londres que se trouvent tous les ingrédients de la vie, n’est-ce pas ? »
— Samuel Johnson*



Il va de soi que Londres est aujourd’hui une capitale éclatante, exaltante, l’endroit où
il faut vivre. Pourtant, même si j’admets que je ne dirais pas non à une jolie maison à
Chelsea, l’Angleterre s’étend bien au-delà de Londres et y recèle de nombreux
trésors que je vous invite à découvrir. Albion n’a pas les stations de ski ou balnéaires
françaises (allez savoir pourquoi les anglais s’y ruent), mais elle propose une grande
variété de paysages, de couleurs, et surtout un foisonnement de vie dans ses
campagnes.

Dans le pays, il est parfaitement normal de vivre toute l’année à la campagne ; les
statistiques montrent que la population hors des villes augmente régulièrement.
Même dans le plus petit village, règne une douce agitation au sein de la population,
avec un fort sens communautaire et de vie de famille ; la campagne a d’ailleurs la
réputation d’être le meilleur endroit pour élever ses enfants.

 

 

 

 

 

 

Bien sûr, la vie locale ne serait pas sans la présence d’un ou deux pubs au centre du
village. Finis le temps où ma sœur, mon frère et moi devions attendre, dans la
voiture du parking du pub voisin, avec juste un petit paquet de chips pour nous
occuper, pendant que mes parents prenaient au pub leur apéro du week-end ; la
règlementation sur l’alcool a évolué, et les familles sont maintenant pléthore à
fréquenter les pubs, consommant toute sorte de plats entre le traditionnel fish &
chips « élevé sur place » et le curry thaïlandais plus exotique.

Et puis, il y a les établissements scolaires, privés ou publics, externats ou internats. Il
n’en manque pas ; en fait le choix est saisissant. J’ai actuellement une liste de 405
pensionnats, tous à l’extérieur de Londres, et j’en ai déjà visité plus de la moitié.

 

 

 

 

 

 

 

Accompagnée par les programmes de la BBC, j’ai sillonné le pays sur des milliers de
miles, entre Ashby-de-La-Zouche et Barton-in-the-Beans, en passant par Upton
Snodsbury, Westley Waterless et Great Snoring, avec un stop à
Llanfairpwllgwyngyllgogerychwyrndrobwll-llantysiliogogogoch (Pays de Galles) un
soir donné. J’ai croisé des chèvres broutant au son des cloches le long des falaises
galloises, j’ai laissé passer des poneys de New Forest traversant inopinément les
routes du Hampshire, je me suis retrouvée bloquée derrière un troupeau de moutons
sur une petite route du Wiltshire, je fus totalement immobilisée derrière deux vaches
ayant pris leur liberté sur la grand’rue d’un village du Surrey un beau lundi matin. Il a
résulté de ces nombreuses rencontres avec ces créatures peu pressées auquel je
rajoute le dernier kilomètre toujours plus long que prévu, que je suis bien souvent
parvenue à mes destinations épuisée, ébouriffée – et très en retard.

 

 

 

 

 

 

 

Et là, en dépit de mes états défaits, l’accueil qui me fut fait dans chaque
établissement a toujours été chaleureux ; littéralement, avec notamment le grand feu
de bois qui m’attendait dans la cheminée du hall d’entrée. Pas besoin de plus de
quelques minutes pour me trouver engoncée dans un canapé moelleux, avec une bonne tasse de café chaud et déjà l’impression d’être chez moi. Ce sentiment d’être
à la maison, d’être bien, perdure tout au long de la visite : du laboratoire de chimie à
la grande salle-à-manger, des courts de squash aux installations de théâtre, je croise
des enfants pleins d’énergie qui quittent leur salle de classe pour se rendre sur les
terrains de sport, de leur studio de musique où ils pratiquent le saxophone vers
l’atelier d’arts plastiques. Il m’est même arrivé d’être accompagnée dans une visite
par le chien du headmaster qui tenait dans sa gueule les pantoufles d’un élève, ou
d’être présentée à la meute en action dans le parc de l’école, ou de pouvoir saluer
les cochons élevés par les élèves ; j’ai aussi fait l’expérience de promener mon
propre chien accompagnée de la responsable des admissions sur le terrain d’un
établissement. Il n’y a pas eu une visite où je ne me suis pas dit que j’aurais rêvé de
faire ma scolarité à cet endroit.

 

 

 

 

 

La boarding school que j’ai fréquentée est un château de l’époque Tudor, un temps
propriété d’Henry VIII. L’accès s’y fait par une allée bordée d’arbres.
L’environnement autour s’est malheureusement construit depuis mon départ, mais je
garde une mémoire impérissable de la sortie hebdomadaire à travers champs pour
me rendre au magasin de bonbons du village voisin. Mes meilleurs souvenirs d’école
à cette époque se déroulent d’ailleurs à l’extérieur : le cross-country sur les chemins
d’hiver, le tennis jusques tard les soirs d’été, ou tout simplement les effluves d’herbe
fraichement coupée qui me remontaient par la fenêtre ouverte jusqu’en cours de
maths. Cet environnement campagnard n’a pas, bien au contraire, porté préjudice à
mes camarades, telles la designer Anya Hindmarch ou la journaliste de CNN
Christina Amanpour, qui avec d’autres anciennes, sont toutes devenues des
« business women » et ont rapidement su d’adapter au rythme de la vie citadine.

 

 

 

 

 

 

Bien que mon travail, en qualité d’agent, consiste à recommander des écoles, je me
sens parfois une fibre d’agence de voyage ou de syndicat d’initiative, ne serait-ce
que pour transmettre à mes clients des photos des lieux où ils pourraient envoyer
leurs enfants, et les rassurer que ces derniers ne vont pas se retrouver au fin fond de
la Sibérie. Tout comme j’explique que d’avoir envoyé mes propres enfants en
pension en Angleterre était un énorme cadeau et non une punition, j’essaie de
partager avec les familles que de viser la campagne anglaise est une chose très
positive et non un bannissement.

Même si je suis la première à dire que le choix d’un établissement ne saurait se faire
uniquement sur l’apparence des lieux ou la surface du parc, je pense qu’un beau
cadre pour une école est un facteur positif pour les élèves et le personnel qui va
avec : sans doute opportun de chercher un peu plus loin. L’aéroport ne sera pas
Heathrow ou la gare St. Pancras, mais vos enfants seront moins bousculés, le
voyage sera plus léger – nonobstant les quelques qui s’égareront toujours. Ceci ne
signifiera pas que la qualité de l’école sera inférieure ; mais plutôt que le choix sera
meilleur.

 

 

 

 

 

 

Donc je vous exhorte : prenez le temps, sortez des sentiers battus. Ne ratez pas ces
trésors campagnards, pétillant de vie sept jours sur sept.

Samuel Johnson est l’auteur de “a dictionary of the English Language” en 1755

what, where, who, when, why?

what, where, who, when, why?

Quelques idées hors sentiers battus, avec des anglophones ou simplement un peu différent que les formules classiques…

WHAT      séjour en famille et cours la journée
WHERE   Irlande
WHO        8-13 ans
WHEN      juin
WHY        immersion totale en anglais; familles d’accueil chaleureuses

WHAT      école de voile
WHERE   Irlande
WHO       14-17 ans
WHEN     juin, juillet*, août
WHY        hors des sentiers battus; avec des anglophones

who

WHAT      camp de foot
WHERE   l’est d’Angleterre
WHO       10-18 ans
WHEN     17-29 juillet
WHY       entraînement professionnel de foot pour les passionnés

WHAT      camp multi-lingue
WHERE   Écosse
WHO       12-17 ans
WHEN     23 juillet – 5 août
WHY       une opportunité pour améliorer son anglais, espagnol et allemand

WHAT      cursus intensif d’anglais**
WHERE   l’ouest de la FRANCE
WHO       11-15 ans
WHEN     5-17 juillet ou 19-31 juillet
WHY       révision rigoureuse dans un cadre magnifique; pas besoin de passeport

why

WHAT     programmes éducatifs américains
WHERE  dans le monde entier
WHO      14-18 ans
WHEN    24 juin – 7 août
WHY      d’excellente qualité, programmes éducatifs (National Geographic, New York Times)

WHAT     famille + cours d’été
WHERE  Irlande
WHO      11-17 ans
WHEN    3-24 juillet
WHY      amusant, amical, peu de français

WHAT     programme d’été international
WHERE  Angleterre, Écosse, États-Unis
WHO      11-17 ans
WHEN    2 juillet – 16 août
WHY      programme de haut niveau: enrichissement créatif

4

WHAT     projet d’été: 3 ou 4 semaines
WHERE  ouest de Londres
WHO      13-18 ans
WHEN    9 juillet – 5 août
WHY      40 ans d’expérience; génération après génération

WHAT     randonnées, escalade, rafting
WHERE  Angleterre, Écosse, Pays de Galle
WHO      15-19 ans
WHEN    26 juin – 25 août
WHY      apprendre les règles de la vie; appartenance à une équipe; avec des anglophones

WHAT     summer school avec enfants britanniques
WHERE  sud ou ouest de Londres
WHO      8-16 ans
WHEN   16 juillet – 20 août
WHY      pour faire des amis britanniques

 

HOW     contacter: olivia@schoolbritannia.fr

 

*  complet du 2-16 juillet
**par ailleurs: 20-27 août ‘Bac préparation’ pour les 15-18 ans: 1,250€

 

IDEAS  IDÉES  IDEAS  IDÉES  IDEAS  IDÉES  IDEAS  IDÉES  IDEAS  IDÉES  IDEAS  IDÉES  IDEAS

GOLF                   ESCRIME                              VTT                              CHANT

TENNIS                                RUGBY                                 DANSE                         FILM

SURF            TENNIS de TABLE                       CUISINE                       TÉLÉVISION

FOOT                       VOILE                                     PEINTURE                   THÉÂTRE

ÉQUITATION             NATATION                                   DESSIN                                     CINEMA

BASKET                          RAFTING                       MODE                                 JOURNALISME

BADMINTON                       KAYAK                           MÉTIERS D’ART              PREP à L’UNIVERSITÉ

SQUASH                   ESCALADE                            ÉCHECS                 LEADERSHIP

HOCKEY                             COURSE à PIED                          PHOTO            INFORMATIQUE

ARTS MARTIAUX                RANDONNÉES                             MUSIQUE                    IELTS

 

Pour bien préparer votre séjour, écouter: www.englishwaves.fr

 

Choisir la bonne

Choisir la bonne

C’est le moment des dépôts de dossiers à l’Université en Grande-Bretagne. Des milliers de jeunes en année du baccalauréat (Year 13) peaufinent leur lettre de motivation qui devra être envoyée au plus tard le 15 janvier* avec le formulaire d’inscription via le système UCAS** (suite…)

Mummy, the Cloche is Sonning

Mummy, the Cloche is Sonning

On qualifie une personne qui parle plus de deux langues de multilingue; on dit de quelqu’un qui en parle deux qu’elle est bilingue; comment appelle-t-on ceux qui n’en parlent qu’une ? Réponse : les britanniques ».* (suite…)

Boarding School Britannique

Boarding School Britannique

Avril 2014

“L’une des grandes découvertes de la psycholgie modern est que le bonheur est un ingrédient clef d’un apprentissage réussi.” Peter Gumbel

(suite…)

La rentrée

La rentrée

Septembre 2014 “Maman, je crois que j’ai oublié quelque chose »  Eustache, 15 ans (suite…)

UNE ANNÉE DANS UNE BOARDING SCHOOL BRITANNIQUE

UNE ANNÉE DANS UNE BOARDING SCHOOL BRITANNIQUE

Passer une année scolaire complète en Boarding School en Angleterre présente un large nombre d’options ; c’est en fait la durée minimale que la plupart des écoles requiert. Cela donne aux enfants le temps de s’adapter à leur nouvel environnement, pour forger des amitiés durables, bien approfondir leur anglais – et aussi acquérir une variété de nouveaux savoir-faire (suite…)

My tailor is rich

My tailor is rich

 

 La meilleure façon d’apprendre une langue étrangère est-elle d’épouser un ressortissant local ? J’ai testé pour vous : une telle mesure n’est malheureusement pas suffisante pour parler couramment : car si je vis depuis 20 ans dans le pays de mon mari (la France), cela reste difficile pour moi de mettre, dans la langue de Molière, un mot derrière l’autre. De surcroit, si les personnes bienveillantes insistent pour qualifier mon accent de « charmant », je suis bien aise de ne pas avoir à m’écouter moi-même (suite…)

Le Summer Term

Le Summer Term

LE « SUMMER TERM »

J’ai eu une conversation inquiétante avec une maman française il y a quelques semaines. (suite…)

Summer camps

Summer camps

Mai 2014

Chaque année, au moment de Noël, j’ai ce sentiment de “déjà vu”, assise à mon ordinateur avec pour objectif de trouver à mes enfants un moyen d’améliorer leur allemand (ils sont bilingues français-anglais) l’été suivant.

(suite…)

Show Buttons
Hide Buttons